Actualités

Influenza aviaire : passage au niveau élevé

Par arrêté ministériel du 8 novembre 2022 ,  le ministre en charge de l’agriculture vient de déclarer la totalité du territoire au niveau de risque élevé.C’est à dire le niveau de danger le plus important pour la filière avicole.Vous trouverez  le communiqué du ministère : vous noterez que nous en sommes désormais à 49 foyers depuis la reprise de la maladie au 1er juillet 2022.Cette décision implique :– le confinement OBLIGATOIRE des volailles des basses-cours des particuliers : vous trouverez un flyer d’information pour les détenteurs de basses-cours qui précise le mot confinement.A noter que, depuis désormais 16 ans, les déclarations des basses-cours sont obligatoires en mairies (arrêté ministériel du 24/02/2006).Cette année les basses-cours sont nombreuses a avoir été touchées par la maladie.– la MISE A L’ABRI des volailles détenus par les professionnels.Les mesures de mise à l’abri sont différentes selon les espèces et le stade de vie des volailles.Vous trouverez 2 schémas, relativement simples de lecture, qui précisent les mots MISE A L’ABRI.Mesures obligatoires à respecter : je vous rappelle que les mesures suivantes sont à respecter :déclaration des élevages commerciaux à la DDETSPP, service santé et protection animales – mesures de biosécurité : dont mise à l’abri depuis le 10 novembre ; organisation de l’exploitation : zone publique, zone professionnelle et zone d’élevage…– déclaration des mises en place et déclarations des sorties.A cet effet le ministère nous informe très récemment que dans l’hypothèse où certaines mesures obligatoires ne seraient pas respectées, les mesures d’indemnisation des éleveurs seraient réduites : ainsi :– la non déclaration d’un élevage de volailles à but commercial aura pour effet la réduction de 50 % de l’indemnisation de l’éleveur– la non déclaration des mises en place ou la non déclaration des sorties aura pour effet la réduction de 20 % de l’indemnisation de l’éleveur.– le non respect des mesures de biosécurité aura pour effet la réduction de 30 % de l’indemnisation de l’éleveurCritères d’alerte à respecter en élevage : enfin je vous rappelle que certains critères d’alerte observés par les éleveurs doivent impérativement conduire à une information du vétérinaire sanitaire de l’exploitation.Les critères viennent d’être modifiés récemment, les voici :A partir de 250 volailles :– mortalité quotidienne normale multipliée par 3– baisse quotidienne d’eau ou d’aliment de plus de 25 %– chute de ponte quotidienne de plus de 15 %